Copies figurées de chartes anciennes

 

Une chose curieuse, dans notre métier, est la découverte de "copies figurées" de chartes anciennes.

 

Il s'agit de copies d'actes anciens, faites sur des parchemins, dans le but de conserver non seulement le texte de l'acte mais aussi son aspect, son apparence, son graphisme.

 

Quand une charte ancienne était sur le point de se perdre, on en faisait une ou plusieurs copies, aussi conformes que possible à l'original.

 

Ce ne sont pas à proprement parler des faux (la notion de "faux" implique l'intention de tromper), mais des copies destinées soit à l'agrément, soit à la conservation du texte.

 

On en réalisa dès le moyen-âge, et jusqu'au XIXe siècle.

 

On peut déceler qu'il s'agit de copies grâce à quatre éléments principaux qui apparaissaient dans les exemples que nous avons vus :

-l'encre : si sa couleur est bonne, elle a néanmoins une brillance inhabituelle.

-le parchemin : il est trop fin, trop rigide.

-les lettres : le copiste ne comprenait pas le latin, il a parfois mal lu certaines lettres et certaines abréviations.

-le sceau : la cire est visiblement trop récente, et elle a une odeur qui n'est pas "médiévale".

Tous ces éléments, et surtout le quatrième (forte odeur du sceau) montrent que le but de ces copies figurées n'est pas de tromper, mais de fournir un document ayant une apparence proche de l'original, à l'instar d'une copie de tableau ancien.

 

Ces copies, même s'il ne s'agit pas d'actes authentiques, sont intéressantes d'une part parce qu'elles conservent la mémoire d'un acte qui a peut-être disparu, et d'autre part dans la mesure où elles témoignent de la façon dont on concevait le "moyen-âge" au XIXe siècle. Il en existe des spécimens dans les collections de l'Ecole des Chartes.

 


 

 Récemment, nous avons eu en mains quatre de ces "copies figurées". Ces quatre copies reprennent des actes provenant de la même abbaye : le Val Sainte Marie (abbaye Notre Dame du Val, à Mériel, département du Val d'Oise). Elles imitent presque parfaitement les écritures de l'époque (y compris les mentions postérieures portées au revers du parchemin).

 

Copie figurée d'une charte royale portant le monogramme de Louis VII (1137).

Passée sur le marché en 2012-2013. L'original se trouve aux Archives nationales (carton K 21, n° 1; publiée et reproduite en 1866 par Jules Tardif, n° 431).

 

Charte 1137 monogramme copie figuree

 

Copie figurée d'une charte de 1195, portant le sceau de l'abbé du Val Sainte Marie.

Trouvée par un collectionneur dans une brocante à Toulon, en avril 2013.

 

Charte figuree 1195

 

Charte figuree 1195 verso

 

Copie figurée d'une charte de 1235, portant le sceau de l'évêque de Paris et celui de Matthieu de Montmorency.

Trouvée par un collectionneur dans une brocante à Toulon, en avril 2013.

 

Charte figuree 1235
 
Charte figuree 1235 verso
 

Copie figurée d'une charte de 1392, portant le sceau de l'abbé du Val Sainte Marie.

Trouvée par un collectionneur dans une brocante à Toulon, en avril 2013.

 

Charte figuree 1392 

 

Ainsi qu'en attestent les étiquettes qui les accompagnent, ces copies figurées étaient destinées à être exposées.

 

 

Notes

 


 

On trouve parfois sur le marché des chartes figurées. Par exemple :

 

Charte en copie figurée de Frédéric II de Hohenstaufen (1194-1250) : vente à Drouot le 18 juin 2013, expert Thierry Bodin :

ICI et ICI (acte n° 25, pp. 20 et 21).

 

 

 

×